11 décembre 2016

La mérule pleureuse : le cauchemar

Serpula lacrymans

Certains champignons n’apportent pas que des bienfaits. Dans nos régions, on enregistre une multiplication des infestations de bâtiments par la mérule pleureuse (Serpula lacrymans). L’infestation peut devenir suffisamment sévère pour forcer la destruction complète du bâtiment. Le champignon s’attaque au bois de charpente dans des espaces peu ventilés où la température est inférieure à 25oC. Le bois lui-même peut être relativement sec (jusqu’à 20% d’humidité), mais le taux local doit excéder 76% d’humidité relative. On l’appelle pleureuse (lacrymans) parce qu’elle régule précisément son humidité par égouttement.

Les filaments d’hyphes qui constituent le champignon lui-même transportent l’eau au substrat (le bois), permettant son absorption. Ces mêmes filaments s’introduisent dans la brique ou le gypse, ce qui étend la zone de contamination et complique l’éradication.

Il faut donc circonscrire cette zone, l’assécher, retirer les matériaux touchés et les remplacer par des matériaux sains, voire par du ciment. Une ventilation soutenue (2,5 l / min) est à conseiller. La prévention est possible et recommandable.

Retour au blog

Catégories

Archives

Liens

Autres liens pratiques