23 mars 2019

Reconnaissez-vous vos morilles ?

Comment s’y retrouver avec les noms des espèces ? Chaque région du monde a ses propres appellations familières, évoquant souvent simplement une couleur : champignon noir, rouge, … Ainsi, les cueilleurs de morilles de feu dans le Nord-ouest de l’Amérique offrent des morilles blondes ou de noires (coniques), grises, voire tomenteuses en fonction de caractéristiques visuelles.
En fait, il y a une nomenclature officielle aux consonnances latines. Elle est mise-à-jour sur le site de l’organisme international Index fungorum. Elle se renouvelle constamment avec le raffinement de l’analyse génétique. Les espèces se multiplient et se subdivisent en fonction de caractéristiques qui échappent à l’œil nu. L’assignation du genre (premier terme du nom ou taxon, le deuxième désignant l’espèce) change quand on découvre une filiation avec un premier ancêtre différent de celui qu’on imaginait jusque-là. En revanche, conventionnellement, le nom de l’espèces, lui, demeure celui que lui a donné la première personne à avoir rapporté la présence d’une espèce.
Pour un commerçant, la précision est importante mais parfois difficile. Ainsi, on compte à ce jour plus de 65 espèces du genre Morchella : 36 d’entre elles descendent du même ancêtre « blond » (esculenta), 27, d’un ancêtre commun « noir » (elata) et deux d’un troisième ancêtre (M. rufobrunnea). Seulement cinq espèces fréquenteraient les brûlis. Contrairement aux croyances des cueilleurs, elles descenderaient toutes d’un même ancêtre « noir » : Mel-1 ou tomentosa (Mel pour M. elata par opposition à Mes pour M. esculenta), Mel-6 ou sextelata, Mel-7 ou eximia, Mel-8 et Mel-9 ou exuberans. Cette dernière est la seule dont la présence aurait été constatée dans des brûlis à l’est des Rocheuses.
Quelques-unes des espèces de Morchella sont illustrées plus haut : a) M. vulgaris (epitype). b) M. anatolica (PhC233). c) M. ulmaria (holotype). d) M. esculenta (epitype). e) M. castaneae (holotype). f) M. exuberans (holotype). g) M. americana (holotype). h) M. quercus-ilicis h) M. kakiicolor (holotype). i) M. deliciosa (PhC90). j) M. eximia (epitype). k) M. dunalii (epitype). l) M. pulchella (holotype). m) M. sceptriformis (holotype). n) M. purpurascens (epitype). o) M. semilibera (neotype)

Perplexes ? Si vous vous procurez des morilles de feu à la Mycoboutique, elles partagent donc vraisemblablement un même ancêtre « noir », toutes savoureuses. Nous ne pourrons peut-être pas être plus précis. Dans tous les cas, vous pouvez être assuré de leur qualité.

Retour au blog

Catégories

Archives

Liens

Autres liens pratiques