21 juillet 2018

Cultiver des morilles ?

La morille est aujourd'hui encore essentiellement un produit sauvage. Depuis une vingtaine d'année, la Chine s'affiche comme pionnière dans la culture de morilles. Les superficies cultivées y étaient négligeables avant 2010. Elles ont atteint 10 000 ha en 2015, mais semblent plafonner à ce niveau. France Morille qui a acquis le brevet chinois tente de recruter des cultivateurs français : les résultats sont encore trop modestes pour être convaincants.

On sait que la morille aime les sols pauvres, plutôt alcalins, mais son apparition occasionnelle nécessite un apport nutritif fortuit. Ainsi, en 2000, sa multiplication autour de poches contenant du substrat colonisé (sciures, blé, maïs, …) et accidentellement abandonnées serait la clé de l’innovation chinoise. Le phénomène ne se reproduit pas une troisième, voire une deuxième année de suite : il faut se déplacer. On ne sait toujours pas quelle est le supplément nutritif approprié. L’apparition du champignon dépend étroitement des conditions climatiques. La culture sous couvert qui permettrait d’échapper à cet aléa, est très coûteuse.

Les incertitudes ouvrent donc de nombreux champs de recherche mais Il y a fort à parier que la morille sauvage continuera d’agrémenter notre gastronomie.

Retour au blog

Catégories

Archives

Liens

Autres liens pratiques