Mycoscope de novembre 2021
Un lactaire chéri (en Russie)
Ce courriel ne s'affiche pas correctement?
Voir dans votre navigateur .

Le mercredi 19 janvier 2022, on vous attend à notre première soirée d’initiation aux champignons d’ici, en présence : assurément une idée cadeau pour les Fêtes!

Quant à la formation intensive de trois jours pour « chasseurs-cueilleurs », elle se déroulera à partir du 5 février 2022. En date d'aujourd'hui, il reste une dizaine de places.

Après un intermède de quelques mois, imposé par les conditions sanitaires, la Mycoboutique reprend son atelier de culture de champignons. En boutique cette fois encore : le prochain est tenu le dimanche matin, 20 mars. Soyez prêts !

Enfin, les inscriptions aux deux excursions déjà annoncées pour juillet et août prochains vont bon train et d’autres s’y ajouteront bientôt pour d'autres occasions.



L’expression « en rupture de stocks » est devenue familière ces jours-ci : on peine à trouver les produits qu’on avait à portée de main il n'y a pas longtemps. La Mycoboutique a prévu le coup et elle a des suggestions pour vous parmi un éventail d'idées-cadeaux originales.
Des joyaux d’ébénisterie
Robert Bellemare propose ses sculptures de champignons sur bois de grève, joyaux d’ébénisterie qui marient plusieurs essences d’arbres aux grains contrastants.
Des tasses en céramique
Julie Johnson fabrique de jolies tasses illustrées de psilocybes ou d’une variété multicolore d’espèces différentes. Autre concept, les tasses en céramique au motif saillant d’amanite tue-mouche sont faites à partir d'un moule créé exclusivement pour Supayana et glacées à la main.
Des broches en émail
Les broches en émail aux motifs de cèpes, de morilles, de chanterelles et de tramètes sont fabriquées par Gavin Canning sur une matrice en métal et recouvertes de plusieurs couches d’émail ; elles sont ensuite polies pour une finition impeccable.
Trousses de culture
La culture de champignons est une activité de plus en plus populaire et à la portée de tous. Produites dans notre atelier, nos trousses permettent aux novices de cultiver des espèces gastronomiques aussi différentes que des pleurotes blancs, bleus, jaunes et roses ainsi que des hérissons rappelant des boules de neige.

Sans oublier, évidemment, une panoplie de modèles de couteaux êt de paniers à champignons.
 



Svitlana a passé sa tendre enfance avec ses parents au nord de la Russie. Installée à Montréal depuis quelques années et habituée de nos excursions, elle cherche ici le merveilleux champignon qu'elle a savouré là-bas. Elle en garde un souvenir vivace : il était vraiment bon, répète-t-elle, apprêté en marinade ou en saumure, baigné dans le sel pendant 30 à 40 jours. Ces jours-ci, elle croit en avoir finalement cueilli un premier spécimen dans un boisé de banlieue. Ce lactaire retroussé (Lactarius resimus) est extrêmement populaire en Russie comme en Ukraine, rangé au sommet des champignons gastronomiques, à côté des cèpes.

En Amérique du Nord, cette espèce se trouve occasionnellement sous les sapins et les bouleaux. Elle ressemble assez au très abondant lactaire décevant (L. deceptivus), au mieux considéré comme comestible médiocre ici. La plupart des guides nord-américains ne recommandent pas de manger le « décevant », et rangent le « retroussé », plus âcre, parmi les immangeables.

Partout, les cueillettes en famille imprègnent les souvenirs d’enfance et forgent les préférences culinaires : une espèce idéalisée ici peut être dédaignée ailleurs. Au-delà de la nostalgie, une recette russe, qui s'applique à d'autres lactaires comme le lactaire saumon d'ici ou le délicieux d'Europe, saurait-elle tisser un lien entre vous et Svitlana ?



Les quelques milliers d’espèces de champignons qu’on cueille en nature ne sont que la pointe de l'iceberg : des millions d’autres espèces, les levures par exemple, sont microscopiques comme le sont les virus et les bactéries, responsables notoires des pandémies. En fait, à l'exception entre autres du Mucor indicus qui se développe jusqu’à 42°C, les champignons ne tolèrent pas la température interne du corps humain, ce qui les rend peu susceptibles de causer des pandémies. De plus, les champignons ne sont pas contagieux comme peuvent l’être virus et bactéries. Les maladies fongiques résultent plutôt de l’inhalation de spores, notamment dans les systèmes de ventilation. Certaines espèces ne sont pas sans danger pour autant. L’affaiblissement de nos défenses immunitaires, notamment dans le cadre de traitements antiinflammatoires, favorisent des maladies fongiques graves dont l’occurrence s’est accentuée avec la Covid-19. La recherche se concentre donc sur la prévention de ces infections secondaires. 

Microbia d'Eugenia Bone, après son savoureux Mycophilia, nous introduit d'une agréable façon aux microbes, champignons compris. Avec Fungarium, le Kew Botanical Garden nous présente, de façon habilement illustrée, l'évolution des champignons, des plus petits aux plus grands. 


Nous suivre sur Twitter | Notre page Facebook | Envoyer à un ami

Copyright © 2021 MycoBoutique Tous droits réservés | info@mycoboutique.com
4324, rue Saint-Denis, Montréal (Québec), H2J 2K8